L'eau qui dort

Chantier 7 - Nilvange - juin 2021
 
Land-Art et récit dans le Parc du Château


Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Youtube. Cliquez sur “Afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter les paramètres de cookies de Youtube. Consultez la Politique de confidentialité de Youtube pour plus d'informations. Vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment ici.

Afficher le contenu

Au fil de nos arpentages dans la ville, nous sommes souvent passés devant l’entrée du parc du château et attendions avec impatience sa réouverture.

Nous y voilà enfin...

Un lieu paisible et inspirant, dont la géographie nous évoque la Vallée de la Fensch tout en creux et en bosses.
Une gestion des espaces différenciée, avec une intervention de l’homme plus ou moins soutenue afin de favoriser la biodiversité.

Des arbres gigantesques, dont le profond enracinement et la prise de lumière oblige toute plante ou arbre étrangère ou naissante à se frayer un chemin pour trouver une place, parfois même jusqu’à devoir attendre son tour.


Et cette ancienne fontaine qui traversait le parc jusqu’à se laisser tomber sur le « chemin noir ». Une fontaine artificielle commandée en son temps par le directeur de l’usine, à cette époque où le parc était son jardin privé et où la gestion de l’économie de l’eau n’était pas encore un problème à résoudre.

La source de l’eau, comme un point de départ, mais aussi comme un point d’arrivée. En effet, nous décelons dans les chemins qui sillonnent le parc le symbole de l’infini.
Cette idée que notre chemin serait une double boucle avec en son point de croisement, un passage.
On dirait que nous passons et repassons devant les mêmes choses.
On dirait que tout au long de ce cheminement qui se répète à l’infini, c’est finalement notre regard qui change et ainsi nous permet de nous élever.

Le point de passage prend la forme d’un cercle de branchages qui renvoie notre propre reflet.

De la source de la fontaine jusqu’à sous le pont, on invente et dispose des trophées avec des matériaux trouvés sur place.

Le son de la fontaine horizontale aujourd’hui asséchée est recréé verticalement dans un arbre tout proche.

Reste le chant des oiseaux, les promeneurs et les enfants de passage avec qui nous partageons nos sensations.

Ce chantier a pris la forme d’une installation éphémère inspirée du Land art et d’un spectacle déambulatoire dans le parc, dont le trajet était une double boucle.

Merci à la médiathèque Victor Madelaine de Nilvange pour l'accueil de l' équipe et de l'exposition itinérante.

Cette semaine fût aussi agrémentée par la visite quotidienne des enfants de l'école Elémentaire de Nilvange, qui après la visite de l'exposition animée par l'équipe du Gueulard Plus, venaient à notre rencontre sur le chantier en construction.