Les premiers pas

Chantier 1 - Uckange - novembre 2019 

 

Démarrage de la résidence, la découverte, les premières explorations 


Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Youtube. Cliquez sur “Afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter les paramètres de cookies de Youtube. Consultez la Politique de confidentialité de Youtube pour plus d'informations. Vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment ici.

Afficher le contenu

L’accueil chaleureux et plein de curiosité de l’équipe du Creuset 

La découverte de la ville. 

A pied et les yeux grands ouverts, nous arpentons Uckange en long et en large, 

Caroline dessine notre parcours tout en marchant. Elle ne se cogne dans rien. 

Peu à peu la ville nous apparaît, la sensation de quartiers si différents les uns des autres, 

la cité des Roses, la cite d’Italie, le village, le quartier de l’horloge... 

 

Ça nous plait bien d’être ici. 

On essaye de caler notre respiration sur celle de la ville. 

 

Quelques rencontres. 

Un monsieur à vélo avec du pain : « je promène ma baguette » 

«  j’ai construit ici alors je ne me voyais pas construire ailleurs » 

Un autre monsieur s’étonne de nous voir prendre autant de photos 

« Qu’est-ce qu’il y a de beau ici ? » 

 

On ne se pose pas la question du « beau », on ne juge rien. 

On joue à trouver la poésie là où elle est et à en fabriquer avec ce qui est là. 

 

Au bout de la première journée on a la sensation d’une ville déserte. 

Désertée ? 

Ah bon ? 

Pourtant à Uckange il y a 6633 habitant.e.s. 

 

Le lendemain Camille s’amuse à compter les maisons symétriques et les garages. 

 

On tombe sur  des espaces vides. 

« Il y avait quoi avant ici ? » 

La ville est en transformation. 

Des chantiers, des bulldozers. 

On nous dit « les immeubles sont remplacés par des maisons individuelles » 

 

Notre vision se déforme 

D’étranges reflets apparaissent comme s’il fallait combler le vide. 

 

Le parking de la gare se rempli tôt le matin et se vide le soir. 

Et nous finissons par comprendre. 

 

Les gens d’ici sont des oiseaux migrateurs, d’hier et d’aujourd’hui. 

 

 

Ce chantier a pris la forme d’une conférence théâtralisée par Thomas M et d’une exposition au Creuset le 24 novembre 2019.